Quelle est la différence entre tisane, infusion et décoction ?

La tisane est définie comme une préparation liquide de plantes aux propriétés médicinales, destinée à être administrée par voie orale. Il peut être préparé avec une ou plusieurs plantes médicinales, c’est-à-dire des plantes qui contiennent, dans un ou plusieurs de leurs organes, des substances pouvant être utilisées à des fins thérapeutiques ou préventives. Le phytocomplexe de la plante médicinale est la combinaison de toutes les substances ayant une activité thérapeutique et médicinale, c’est-à-dire les principes actifs extraits de la plante. En général, on utilise au maximum 5 types d’herbes pour chaque tisane. La tisane est une boisson à base d’eau froide ou chaude et de matière végétale, obtenue selon trois préparations : infusion, décoction ou macération. Découvrons ensemble l’univers de la tisane.

Caractéristiques de la tisane

Le terme tisane vient du grec ptisane, ou “orge moulue”, de ptisso, avec le sens de pesto, hacher, moudre ; c’était une décoction d’orge moulue que les Grecs administraient aux malades. La tisane peut avoir des propriétés diurétiques, digestives, dépuratives, hypotensives, sédatives, aphrodisiaques et bien d’autres, grâce aux caractéristiques des différentes plantes utilisées et à l’interaction entre leurs différents composants. Dans la tisane, on distingue le remède cardinal, ou remède de base, l’herbe dominante avec des biomolécules actives efficaces pour le mal que l’on veut traiter ; les adiuvans, ou adjuvant, qui est combiné avec l’herbe principale, favorisant son absorption ; les constituants, ou complément, qui améliore l’aspect de la tisane et les corrigens, ou correcteur, qui améliore les caractéristiques organoleptiques, ou les qualités perceptibles à travers un ou plusieurs organes des sens, goût, texture et fluidité.

Méthodes d’extraction des principes actifs

Selon le mode d’extraction des principes actifs contenus dans les différents éléments qui composent la plante (racine, fleur, fruit, feuilles, écorce, graines), on distingue différents types de tisanes : infusion, décoction et macération. Tous ces préparatifs entrent dans la catégorie des hydrolytes, c’est-à-dire des préparations dans lesquelles l’eau est le véhicule utilisé pour l’extraction des ingrédients. Le choix de la méthode d’extraction la plus appropriée pour les ingrédients dépend des caractéristiques des composants de la plante et des ingrédients actifs à extraire.

La différence entre l’infusion, la décoction et la macération réside donc dans le choix des éléments qui composent la plante et dans la méthode de préparatif. Pour préparer une tisane, on utilise à la fois les parties tendres, telles que les fleurs et les feuilles, et les parties ligneuses, résistantes, et dures, telles que les racines, les écorces et les graines. Il faut tout d’abord hacher et émietter les herbes séchées choisies pour le préparatif de la tisane, en “coupe thé” précisément, en utilisant un mortier de préférence en pierre ou en marbre, en évitant que les herbes n’entrent en contact avec des pièces métalliques ou des lames qui peuvent altérer les composants. Il est également important de ne pas réduire les herbes en poudre, car il serait difficile de les verser. Les herbes hachées doivent ensuite être conservées dans des bocaux de verre hermétiques et protégées de la lumière.

Infusion 

L’infusion est la préparation idéale pour les parties tendres de la plante, les plus délicates, qui sont placées dans un récipient et sur lesquelles on verse de l’eau bouillante ; après les avoir laissées en infusion pendant une période de temps variant de 5 à 20 minutes dans un récipient avec couvercle. Elle consiste à tremper un végétal, une plante ou plusieurs, fraîches ou séchées dans une eau très chaude, bouillante ou frémissante pendant quelques minutes. On l’utilise volontiers pour des plantes fraîches et fragiles, mais aussi pour des plantes séchées ou fermentées comme le thé. Si la plante est très aromatique, on conseille de couvrir le récipient comme théière ou tasse ou casserole pour empêcher les molécules aromatiques les plus volatiles de s’évaporer. On ne filtre pas toujours, mais souvent. On boit ensuite l’infusion chaude.

Comment préparer une infusion, méthode “grand-mère” ?

Dans le langage populaire, tisane et infusion se confondent. Que vous employiez un mot ou l’autre, prendre le temps de préparer sa propre infusion, c’est déjà en ressentir les bienfaits dans notre monde de santé d’aujourd’hui, où tout le monde court, il est tellement plus simple de choisir un sachet tout prêt dans un supermarché. Il faut avouer qu’il y a des mélanges intéressants et que la tisane bio, seule garante de la qualité des plantes, est facile à trouver partout maintenant. Toutes les marques d’aujourd’hui ont leur gamme BIO.

Quelques recettes d’infusion : 

 – avec le thym : infuser avec écorce de citron, cannelle, mélisse et verveine par exemple. Les mélanges agissent pour stimuler la digestion, renforcer l’immunité et qui peuvent bloquer un refroidissement, début de rhume, de toux ou de grippe.

 – avec le romarin : ajoutez de la sauge avec écorce de citron ou d’orange. 

Décoction

Pour la décoction, on utilise généralement les parties ligneuses, qui sont plus dures, car une ébullition prolongée ne détériore pas les biomolécules actives. On commence par mettre les parties choisies dans de l’eau froide, puis on les porte à bouillonnement dans un récipient muni d’un couvercle, afin d’éviter l’évaporation des principes, pendant de 5 à 30 minutes. Et après, on laisse reposer pendant 10 à 15 minutes avant de filtrer pour obtenir la boisson prête à être consommée. Il faut en général laisser tiédir la décoction avant de filtrer et de boire ou d’utiliser en compresses. On peut boire une décoction chaude ou froide, tout au long de la journée, selon les cas.

Macération

Dans la macération, l’extraction du principe actif se fait à froid pendant une période allant de plusieurs heures à plusieurs semaines. Les parties de la plante sont placées dans de l’eau froide, dans un récipient avec couvercle, et laissées au repos pendant plusieurs heures ou semaines. Avant d’être consommée, la boisson doit être filtrée pour éliminer les résidus. Il est donc essentiel de choisir le type de préparation approprié : une décoction endommagerait les parties les plus délicates de la plante, tandis qu’une infusion n’extrairait pas les biomolécules actives des parties les plus dures. La composition d’une bonne tisane dépend de la connaissance des qualités de chaque plante et de la possibilité d’utiliser ses différentes parties. Les temps d’infusion et de bouillonnement sont très variables, car chaque plante et chaque partie de celle-ci a besoin de temps différents pour ne pas altérer l’efficacité médicinale. Il est essentiel de prendre la tisane immédiatement après sa composition, pour éviter que les biomolécules actives ne s’évaporent. Pour cette raison, les tasses ou les récipients de préparation sont souvent équipés de couvercles. 

La macération d’une plante peut se faire de plusieurs façons selon l’utilisation que l’on veut en faire :

– dans l’eau (froide) : par exemple, l’eau de pétale de rose ; l’eau de bleuet ;

– dans l’huile : par exemple, huile de millepertuis, de laurier ou de lavande.

– dans le vin : par exemple, vin de mélisse, vin de genièvre ou d’origan, vin de cerise…

– dans le vinaigre : par exemple le vinaigre de lavande, de rose rouge…

– dans l’alcool : ce sont les teintures (plantes séchées en poudre ou fragments macérées dans de l’alcool) ou les alcoolats, plantes fraîches macérées dans de l’alcool, qui se prennent, par voie interne, sous forme de gouttes diluées dans un jus ou, par voie externe, en compresse : par exemple, la teinture de citron, teinture d’arnica, d’anis vert ou de sauge.

Phytothérapie

Préparer de tisanes fait partie de la pratique ancienne appelée phytothérapie, qui propose des remèdes naturels à base de plantes ou d’extraits de plantes pour le traitement ou la prévention de diverses maladies ou pour le maintien du bien-être. La phytothérapie applique les mêmes règles que la médecine, en analysant les différents composants chimiques des plantes et leurs qualités thérapeutiques.

Tisane : bienfaits pour la santé

Relaxantes, réconfortantes ou apaisantes, les tisanes revitalisent le corps, facilitent la digestion ou le sommeil. Élaborées à base de plantes fraîches ou séchées, les tisanes sont consommées par plaisir, pour leur réconfort ou en remède naturel. Riches en vitamines, en minéraux et en oligo-éléments, elles évitent les carences, renforcent l’organisme et soulagent les petits maux lorsqu’elles sont consommées régulièrement.

– Le matin : privilégiez les plantes dites toniques : ginseng, gingembre, angélique, sarriette. Avec leurs qualités anti-fatigues, les infusions de maté et de guarana stimulent l’organisme et accroissent la vigilance.

– Tout au long de la journée : le cassis et la vigne rouge activent la circulation sanguine et soulagent les jambes lourdes. Le bouleau draine grâce à ses vertus antiseptiques et dépuratives tandis que le pissenlit est diurétique et détoxifiant.

– Après-repas : après le déjeuner ou le dîner, privilégiez les plantes digestives qui atténuent les crampes et douleurs. 

– En cas de désagréments : on utilise le sureau pour soigner les infections hivernales tandis que la menthe poivrée calme les maux de ventre. Pour apaiser les états nerveux, la lavande est votre alliée. Elle facilite l’ingestion, lutte contre le stress tout comme le romarin qui soulage aussi les maux de tête.

– En detox : le citron est utilisé dans les tisanes détoxifiantes. Plus gourmand, le smoothie detox à base de tisane, de flocons d’avoine et de sésame (recette ici) est aussi délicieux.

– Au coucher : la camomille ou la verveine ont des effets relaxants et antispasmodiques qui facilitent l’ingestion et aident à mieux dormir. Vous pouvez donc naturellement les boire en soirée.

Le thé noir : rempli de tanins qui ont de fortes propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes pour la santé, le thé noir peut soulager la diarrhée ou les ballonnements puisqu’il permet au corps de mieux absorber les fluides. Des sachets de thé mouillés diminuent aussi les enflures des coupures, des piqûres d’abeilles et d’insectes, des maux de dents, ou des yeux souffrant de conjonctivite. Une éruption d’herbe à puce ? Imbiber la zone affectée avec 3 à 5 sachets de thé pour soulager les démangeaisons. Les alcalins dans le thé noir neutralisent aussi les acides et peuvent soulager la douleur de l’herpès et des verrues. Appliquez un sachet humide et refroidi sur la région 3 à 4 fois par jour. Tremper ses pieds dans un bain de thé noir tue les bactéries et referme les pores, permettant de moins transpirer et de réduire les odeurs.

Le thé vert : les chercheurs croient que les polyphénols dans le thé vert peuvent jouer un rôle important dans la prévention du cancer, en tuant et en ralentissant la croissance des cellules cancéreuses. Dans une étude sur 472 femmes atteintes du cancer du sein, celles qui ont bu le plus de thé vert ont expérimenté une diminution de la propagation de leur cancer. Dans des études sur le cancer de la peau, les animaux de laboratoire qui ont pris du thé vert ont développé 1/10 moins de tumeurs que ceux qui buvaient de l’eau. Le thé vert diminue également le risque de mourir de maladies cardio-vasculaires ou d’un infarctus, réduit les caries et freine le déclin des habiletés mentales. En ce qui concerne la mémoire, une étude publiée dans le American Journal of Clinical Nutrition a découvert que les personnes de 55 ans et plus qui boivent une tasse de thé vert par jour sont 38 pour-cent moins enclines à expérimenter une baisse de leurs capacités mentales. C’est 54 pour-cent moins s’ils boivent une deuxième tasse par jour. Les études ont également démontré que se faire un masque pour le visage ou des compresses avec du thé vert aide à réduire les boutons d’acné.

Tisanes et huiles essentielles (h.e) pour la sante

Les vertus des plantes connues depuis l’Antiquité font merveille contre les petits maux de l’hiver. L’ail est un des agents anti-infectieux les plus puissants : si votre estomac le digère bien, mettez trois gousses dans un demi-litre de lait bouillant et buvez trois tasses par jour de ce breuvage. À défaut, concoctez-vous une infusion de pétales de sureau (5gr par tasse d’eau bouillante) qui vous fera transpirer, la sudation accélère la guérison : buvez-en cinq à six tasses par jour. Associez ces boissons aux he. Ces extraits de plantes obtenus par la distillation de la plante à la vapeur d’eau sont des remèdes puissants, utilisés en aromathérapie. Elles peuvent s’utiliser sans avis médical en diffusion atmosphérique ou en inhalations. Des formules toutes prêtes existent en pharmacie, mais vous pouvez aussi préparer votre propre cocktail en mélangeant les he suivantes, en respectant bien les dosages : 2 gouttes de menthe poivrée, 2 gouttes de niaouli, 3 gouttes d’eucalyptus radiata. À effectuer au moins trois fois par jour, en évitant de sortir dans l’heure qui suit.

La différence entre le thé et la tisane

Thé et tisane peuvent parfois être confondus. Entre le thé et la tisane, seule la composition les diffère. Le thé contient de la théine, et provient de l’infusion des feuilles de théier. La tisane, elle, est composée d’extraits de plantes naturelles. Le thé est une tisane énergisante, la tisane peut apporter des bienfaits pour la santé selon la composition de la plante ou simplement être un plaisir du quotidien. Le thé peut être vert, jaune, blanc, noir. Ces jus drainants et stimulants sont le parfait allié pour votre bien-être comme le thé vert minceur.